Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 16:14

Le troisième numéro du JounUL est arrivé. Vous y trouverez l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche et surtout de l'UL vue par les ObstinéEs.

 

Pour le consulter, il suffit de cliquer sur l'image

 

Bonne lecture !

Repost 0
Published by obstinéEs - dans Lettre des obstinéEs
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 13:13

Vous travaillez à l’Université de Lorraine.

Vous êtes contractuel ou fonctionnaire, enseignant-chercheur ou BIATSS.
Vous trouvez que vos conditions de travail se sont détériorées ces dernières années.
Vous trouvez que les choix de la présidence de l’UL (gel de postes, primes d’intéressement,...) sont de mauvais choix.
La semaine dernière, vous avez entendu parler d’un appel à la grève, d'une manifestation, d'une nouvelle AG le 11 décembre prochain à l’Université de Lorraine. 
Mais vous hésitez à faire grève, à manifester, à participer à toute action revendicative.
Car vous vous demandez si :

1) la présidence de l’Université a d’autres choix que de supprimer des postes ou de créer une prime d'intéressement ;
2) cette grève, cette manifestation, cette AG serviront à quelque chose ;
3) se mettre en grève, ce n'est pas pénaliser avant tout les étudiants ;
4) une assemblée de 125 personnes est légitime pour lancer un appel à la grève.

1) La présidence de l’Université a-t-elle d’autres choix que de supprimer des postes et de créer une prime d'intéressement ? 

-  Oui, de vraies solutions sont possibles mais n’ont jamais été examinées sérieusement : réduire fortement le montant des primes les plus élevées à  l’UL et interdire leur cumul, arrêter de louer des bâtiments alors que l'UL a trop de mètres carrés,…
- Par ailleurs, même  s’il n’y avait pas de solution, la présidence de l’UL devrait se  tourner vers l’Etat et se déclarer dans l’impossibilité d’assumer ses missions de formation et de recherche plutôt que de supprimer des  postes. Mais les caisses de l'Etat sont vides ? Dans ce cas, il suffit de réorienter l'argent gaspillé en grande partie par le Crédit Impôt Recherche.
- Quant à la prime d'intéressement, comme partout où elle est entrée en vigueur, il s'agit clairement d'un choix idéologique dont l'objectif est la division des personnels afin de neutraliser toute contestation : diviser pour mieux régner...

2) Cette grève, cette manifestation, cette AG serviront-elles à quelque chose ?

Les actions prévues le 11 décembre ne sont qu’une étape et il y en aura bien d’autres. Personne ne sait sur quoi elles déboucheront. 
Mais ce qui absolument certain, c’est que si nous ne manifestons pas notre  mécontentement et que nous restons les bras croisés, la situation va s’aggraver d’année en année. Y compris et surtout pour ceux qui se croient à l'abri ou roulent des mécaniques en se disant que ça ne leur arrivera pas, qu'ils sont plus forts, plus armés que les autres. Et nous voyons bien chaque jour le caractère inefficace des motions adoptées par les diverses instances de l'Université. Il ne faut pas oublier que, comme le prévoit la loi, ces instances n'ont aucun poids décisionnaire. Continuer exclusivement à faire son travail chaque jour en nous contentant de  faire ce que l'on nous demande, cela revient à valider la politique menée à l'heure actuelle et du coup à l'installer durablement car cela  équivaut à une adhésion de fait. Seule la détermination d'un grand nombre de personnes permettra de changer durablement les choses. 

3) Se mettre en grève, n’est-ce pas pénaliser avant tout les étudiants ?

Une journée de grève pénalise un peu les étudiants sur le très court terme. Mais cela les pénalise infiniment moins que des postes supprimés et des filières fermées. En effet, à combien d'heures de cours en moins équivalent les postes gelés jusqu'à présent ? On peut l'estimer (hypothèse basse) à au moins 20.000 heures soit 830 cours de 24h partis en fumée ! Et que dire des gels de postes des personnels BIATSS qui vont engendrer une dégradation des conditions d'accueil des étudiants et de travail des personnels ?
Ce  qui nuit aux étudiants et aux personnels de l’UL aujourd’hui et pour plusieurs années, c’est avant tout la politique décidée par le CA de  l’Université de Lorraine, pas les grévistes.
Ce qui peut nuire aux étudiants, ce sont les perspectives de plus en plus évoquées d'augmentation des frais d'inscriptions, de participation financière des étudiants aux difficultés financières.
Ce qui va nuire aux étudiants, c'est la réduction de la qualité de la formation (maquette réalisée à 80% par exemple) ou, la réduction de l'offre de formation (cf le nombre de formations qui n'ont pas ouvert à la rentrée alors que des étudiants étaient inscrits, ainsi que toutes celles qui sont sur la sellette).

4) Est-ce qu'une AG de 125 personnes peut vraiment parler au nom de tous les personnels de l'Université de Lorraine ?

La question de la légitimité, on doit avant tout se la poser concernant un CA de trente membres dont un tiers (les personnalités extérieures), sont nommés (et non élus) sur proposition du directoire et qui mène une politique rejetée, motion après motion, par de nombreux conseils et instances. Le Sénat Académique qui regroupe l'ensemble des conseils centraux, à l'exception du CA, n'a aucun pouvoir. Il est seulement consulté sur certaines questions. Ainsi, lorsqu'il rejette la campagne d'emplois ou le projet d'établissement, cela n'a aucun effet sur la décision finalement prise par le CA. Autre exemple : la liste de l'actuel président de l'université de Lorraine a obtenu 33% des voix exprimées dans le collège des enseignants-chercheurs. Et au final, il a raflé près de 70% des sièges grâce à la prime majoritaire ! Et on pourrait également s'interroger sur le taux de participation à chaque élection. Par exemple, chez les étudiants, la plupart des élections ont un taux de participation entre 5% et 15%...
En outre, se rendre dans une assemblée générale, se mettre en grève, manifester sont des actes qui demandent beaucoup plus d'efforts que de glisser un bulletin dans une urne ou de voter électroniquement. Mais évidemment, plus nous serons nombreux, moins la question de la légitimité se posera. Qu'adviendra-t-il lorsqu'il y aura plus de personnes au sein des AG que de votants ?
Repost 0
Published by obstinéEs - dans Divers
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 12:52

Le second numéro du JounUL est arrivé (deuxième édition). Vous y trouverez l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche et surtout de l'UL vue par les ObstinéEs.

 

Pour le consulter, il suffit de cliquer sur l'image

 

Bonne lecture !

Repost 0
Published by obstinéEs - dans Lettre des obstinéEs
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 08:07

Des dizaines de postes supprimés, des conditions de travail de plus en plus insupportables, des enseignements et des sites qui ferment, des rémunérations toujours plus inégalitaires… Ne laissons pas cela s’installer ! Ensemble, discutons des moyens d’action pour enfin nous faire entendre.

 

AG LE 27 NOVEMBRE A 12H15 FAC DES SCIENCES VANDOEUVRE AMPHI 5 (SECOND CYCLE)


Co-voiturage au départ du parking du CLSH Nancy à 12h

 

Tract 

 

Snesup-FSU, Snasub-FSU, ObstinéEs, Sud-Education, Sciences en marche, Lorraine-Sup-CGT

 

Repost 0
Published by obstinéEs - dans Divers
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 07:59

Le second numéro du JounUL est arrivé. Vous y trouverez l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche et surtout de l'UL vue par les ObstinéEs.

 

Pour le consulter, il suffit de cliquer sur l'image

 

Bonne lecture !

Repost 0
Published by obstinéEs - dans Lettre des obstinéEs
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 12:08

Le premier numéro du JounUL est arrivé. Vous y trouverez l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche et surtout de l'UL vue par les ObstinéEs.

 

Pour le consulter, il suffit de cliquer sur l'image

 

Bonne lecture !

Repost 0
Published by obstinéEs - dans Lettre des obstinéEs
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 13:17

 

Le 18 janvier dernier, les élus CGT, FO, FSU et ObstinéEs au CT, au CA et au CHSCT de l'Université de Lorraine ont déposé 3 recours au tribunal administratif demandant l'annulation de la décision du CA sur le temps de travail des BIATSS.

Parallèlement, un recours gracieux (au président) et un recours hiérarchique (à la rectrice) ont été déposés. Ils sont restés sans réponse.

Aujourd'hui, l'Université accélère la mise en œuvre de cette décision, sans que le CHSCT ait été consulté, et lance les travaux complémentaires que son annexe 2 prévoyait ; les élus du CT sont convoqués pour 3 sessions de travail les 17, 18 avril et 16 mai prochains. Le CA du 11 juin devra entériner, pour une application au 1er septembre, les propositions de l'Administration sur ces travaux qui concernent :
- le dispositif d’enregistrement du temps de travail
- la prise en compte des spécificités en termes d’obligations de service de certains personnels : horaires tardifs, présence en week-end ou jours fériés, astreintes,…
- la mise en œuvre expérimentale des cycles variables de travail
- la définition des plages fixes et des plages variables de travail
- la mise en œuvre expérimentale des mécanismes de régulation

Afin que ne soit pas mise en œuvre une décision dont nous avons demandé l'annulation, devant l'urgence de la situation, dans le climat difficile que nous connaissons tous actuellement dans notre établissement, devant la surcharge de travail déjà imposée aux services centraux et à toutes les composantes, devant la détérioration continue de nos conditions de travail, les élus au CT, CGT, FO et FSU, avec le soutien des ObstinéEs, ont déposé une requête en référé demandant au juge de suspendre la décision du CA du 20 novembre 2012.

Le juge des référés vient de convoquer une audience qui aura lieu cette semaine au TA.

Nous vous tiendrons au courant de la suite et restons à votre écoute pour toute question, tout complément d'information.

Repost 0
Published by obstinéEs - dans A propos de l'UL
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 10:09
CGT (FERC-SUP, SNTRS), FSU (SNASUB, SNCS, SNESUP), FO et collectif des ObstinéEs
Appel à une AG des personnels
mardi 5 mars
12h
Amphi A 042 (CLSH, Boulevard Albert 1er, Nancy)
Retrait du projet de loi sur l'ESR
Le projet de loi d'orientation sur l'enseignement supérieur et la recherche n'est pas acceptable et doit être abandonné. Il poursuit et accentue les méfaits de la loi LRU de 2007, pourtant largement dénoncés par la communauté universitaire, ainsi que ceux du Pacte pour le recherche de 2006.

Ce qui ne change pas
– Maintien des RCE, dont l’autonomie de la masse salariale.
– Maintien de l'ANR et simple changement de nom pour l'AERES qui devient l'HCERES.
Ce qui aggrave la loi LRU
– Les établissements sont sommés de faire du "transfert". Cette nouvelle fonction masque un accroissement de la précarité du type de celle générée par l'ANR, une soumission aux intérêts locaux ainsi qu'un nouveau critère d'évaluation des unités de recherche.
– La régionalisation s'affirme, détricotant le maillage territorial pourtant seul garant d'un service d'ESR réellement public. Elle prend la forme de regroupements imposés (fusions, communautés scientifiques, rattachements) dans lesquels la démocratie universitaire et la collégialité sont bafouées.
– Les établissements ne sont plus habilités, mais accrédités, ce qui met en péril le cadrage national des diplômes.
– Des CA de plus en plus détachés de la vie universitaire (perte de compétences au profit d'un conseil académique réunissant les CS et CEVU), consacrés à la "stratégie" universitaire, dans lesquels les extérieurs ont de plus en plus de poids.

A côté de cela, les personnels sont les grands oubliés du projet de loi. Rien ne vient améliorer les conditions de travail ni résorber la précarité. Quant à la formation des enseignants et à la mise en place des ESPE (Écoles supérieures du professorat et de l'éducation), rien de précis ne se dégage alors que la réforme doit entrer en vigueur dès septembre prochain ! Tout passe par des effets d'annonce et des impositions provenant du gouvernement au fil de l'eau et démontrant une grande improvisation.
A l'Université de Lorraine, nous avons déjà fusionné, mais nous subirons comme partout les effets délétères de ce projet de loi qui poursuit la loi LRU. Un peu partout en France, les étudiants et personnels de l'enseignement supérieur et de la recherche commencent à se mobiliser.
Venez débattre mardi 5 mars
Amphi A 042 – 12h
Campus lettres et sciences humaines (CLSH)
Boulevard Albert 1er – Nancy (ex Nancy 2)
Repost 0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 08:45

 

Les élus CGT, FSU (SNASUB-SNESUP), SNPREES FO, UNSA (SUP-R, SNPTES, AI) des différentes instances de l'université, avec le soutien des ObstinéEs, vous invitent à participer aux deux Assemblées générales "personnels contractuels" BIATSS et Enseignants qu'ils organisent ce mois ci :

 

- le 7 février 2013 à Metz - PONCELET – UFR MIM 12h30-13h30-

- le 11 février 2013 à Nancy - Faculté des Sciences et Techniques - AMPHI 4 - de 12h30 à 13H30

Dans le contexte très tendu de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, dans celui particulièrement contraint de l'Université de Lorraine, seront abordés les thèmes suivants :

- le nouveau règlement de gestion des personnels contractuels BIATSS de l'UL (périmètre d'application, nouveaux contractuels et contractuels ex Universités lorraines, conséquences)

- le prochain règlement de gestion des personnels contractuels enseignants (groupe de travail)

- la loi Sauvadet à l'UL, titularisation, postes et concours réservés, BIATSS et enseignants, CDIsation

- la CCP ANT (Commission Consultative Paritaire des Agents non titulaires) : élections, mise en place, attributions, campagne, candidatures ... et tout autres questions relatives aux personnels contractuels que vous voudrez nous soumettre.

Dans l'attente de vous y voir nombreux, n'hésitez pas à nous contacter.

 

Vos élus.

Repost 0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 08:43

En application de la loi 2012-347 portant sur les concours réservés d'accès à certains corps d'enseignants en application de la loi Sauvadet sur la précarité dans la fonction publique, voici les informations dont nous disposons.

Les inscriptions aux concours réservés sont ouvertes du 15 janvier au 21 février. Il est important de noter que l'éligibilité au dispositif sera contrôlée par le ministère a posteriori pour les lauréats des concours, et il ne faut donc pas s'auto-censurer en cas d'incertitude sur votre éligibilité, ni devant les cas très restreints évoqués pour le supérieur dans la note de service du BOEN du 20 décembre, qui ne tient pas compte de la grande variété des situations des contrats dans le supérieur.

 

A noter que les enseignants Fle doivent s'inscrire pour le Capes réservé Lettres Modernes.

L'inscription se fait sur un site Internet dédié (http://www.education.gouv.fr/pid63/siac2.html) mentionné dans la note de service parue au BOEN. Il s'agit juste de saisir certains éléments d'identité, le Capes souhaité, le type de contrat et l'établissement.

Le dossier papier comprenant entre autres des documents fournis par l'employeur public (dans notre cas l'UL) est à envoyer avant le 8 mars 2013.

 

Voici quelques textes détaillés à lire sur le sujet :

Note de service parue au BOEN du 20 décembre 2012 : Récapitulatif des dispositions contenues dans les textes ci-dessous et compléments. Il faut bien lire les modalités et dates d'inscription ainsi que la partie 5 sur les modalités des concours réservés.

Décret n° 2012-1513 du 28 décembre 2012 relatif à l'ouverture des recrutements réservés pour l'accès à certains corps de fonctionnaires relevant du ministre chargé de l'Éducation nationale en application de la loi n° 2012-347 du 12 mars 2012 relative à l'accès à l'emploi titulaire et à l'amélioration des conditions d'emploi des agents contractuels dans la fonction publique, à la lutte contre les discriminations et portant diverses dispositions relatives à la fonction publique. Ce texte fixe la liste des corps et grades ouverts aux recrutements réservés ainsi que le mode d'accès à chacun de ces corps.

Arrêté du 28 décembre 2012 relatif aux modalités d'organisation des concours réservés pour l'accès à certains corps et grades de personnels enseignants, d'éducation et d'orientation relevant du ministre chargé de l'Éducation.

 

Nous vous invitons à prendre contact avec les organisations syndicales pour avoir de plus amples renseignements. Cette information aurait dû vous être communiquée par l'administration, mais pour l'instant, à notre connaissance, elle ne l'a pas fait.

Christophe Benzitoun
Elu au CA "Pour une Université démocratique, plurielle et égalitaire"
avec le soutien de: Ferc-Sup CGT, FSU (SNASUB, SNESup, SNEP), SUD-Education, Les ObstinéEs

Repost 0

Recherche

Archives